Archives du mot-clé Critique

Critique « Tout reste à faire »

Découverte d’une critique du roman Tout reste à faire, sur un blog.

Toutresteafaire Recto HD

« L’histoire
De ses quelques mois passés à Paris, Svetlana, jeune étudiante russe venue d’Irkoutsk, a gardé des souvenirs inoubliables. Surtout celui de Franck, un homme un peu plus âgé qu’elle, si prévenant, prêt à tout pour vivre avec elle et l’entourer d’amour et d’affection. Mais, alors sans doute trop jeune, sortant à peine de l’adolescence, Svetlana a fui. De la pire des façons sans doute : en tombant dans les bras d’autres hommes, bien moins tendres et intéressants que Franck.

Repartie dans sa ville natale, elle n’a pas oublié cet homme. Le seul qu’elle ait rencontré pour qui elle ait développé de tels sentiments.

Quatre ans ont passé. Svetlana est devenue plus femme. La distance et le temps ont fait leur œuvre et ont séparé les anciens amants. Mais la jeune femme vient de décrocher un poste de traductrice à Paris et revient s’installer en France.

Impossible de ne pas penser à lui, de ne pas le chercher des yeux dans la rue. Elle espère le revoir tout en ne sachant pas encore si elle est prête cette fois à vivre pleinement cet amour qu’elle ressent toujours. Et surtout si lui l’attend toujours…

L’avis de Clearpassion.fr
Avec cette écriture simplissime, à la première personne, Emmanuel Bodin parvient à nous faire vivre tous les doutes qui peuvent habiter une toute jeune femme en prise à des sentiments qui lui font peur, amplifiés par le déracinement, le choc culturel, la différence d’âge, qui même si elle n’est pas colossale joue ici un rôle important… Un véritable parcours initiatique qui interpellera nombre de lectrices.  Svetlana bascule dans le monde adulte et doit tout gérer  en même temps : un nouveau travail où elle doit s’affirmer, dans une ville qu’elle connaît mais qui reste étrangère par bien des aspects, et surtout cet amour à renaître. Mais justement, peut-il renaître alors qu’on l’a blessé. Une jolie quête à laquelle chacun(e) d’entre nous apporterait sans doute une réponse différente, mais n’est-ce pas là justement ce qui fait la force des sentiments ? »

Retrouvez l’article ici : http://deslivresaufeminin.com/le-coup-de-coeur-de-clearpassion-tout-reste-a-faire-emmanuel-bodin/

Critique – Tout reste à faire

Retour intéressant d’un passionné de la langue française :

« Personnellement, le roman m’a plu. Certains passages sont très crus, ne nous mentons pas ! D’autres rappellent aussi à quel point le monde est un égout sans fond. Mais l’ensemble est reflet de vie et c’est ce qui m’a charmé.

Concernant les points forts, en première ligne, nous trouvons naturellement la trame qui est excellente ! Ce genre de roman mêlant le conte philosophique où l’on donne une leçon de vie et la littérature de gare, un peu romantique et mièvre, fait passer le lecteur par de nombreux états d’esprit contradictoires. On a envie d’aimer Svet et pourtant, quelle capricieuse et quelle inconstante ! Elle personnifie très bien l’individu qui se cherche. Instinctivement, on ne peut s’empêcher d’imaginer que le roman est un brin autobiographique. Je dois vous avouer que je me suis demandé tout au long si vous n’étiez pas le Franck qui a vu entrer dans sa vie une femme comme Svet ? Cette perspective m’a tenu en haleine jusqu’à la fin.

J’ai remarqué une nette amélioration de la qualité générale du texte une fois le premier tiers passé.

Concernant les points faibles, Scandez davantage votre pensée et séparez vos phrases ! Il en résulte souvent des propos incompréhensibles en raison d’une syntaxe trop longue.

Enfin, je dirais que vous avez les défauts de vos qualités ! Votre écriture est très raffinée, particulièrement métaphorique. Souvenez-vous que le mieux est l’ennemi du bien ! Ne tentez pas d’employer un mot à la place d’un autre sous prétexte que celui-ci est plus recherché ou va démontrer votre sens aigu de la distinction. Ne faites pas tant de zèle ! Le lecteur remarque immédiatement si l’auteur sait utiliser un langage soutenu et s’il est vrai qu’il sera époustouflé par certaines de vos associations de termes, il ne manquera pas de sourire de certaines autres. Votre plume doit vous servir et non vous trahir. »

Critique – Tout reste à faire

L’avis d’une lectrice sur mon roman « Tout reste à faire »

toutresteafaire

Je suis désolée de dire ça de cette manière, de but en blanc, mais j’ai détesté l’héroïne. Je n’ai pas réussi à m’y attacher, elle m’a énervée du début à la fin. Question de caractère peut-être. Je crois que je l’ai surtout trouvé prétentieuse et capricieuse, agaçante quoi qu’elle fasse, c’est certain. J’ai bien compris qu’on suit son cheminement intérieur, qu’on la suit dans sa « maturation » et ce principe ne me dérange pas du tout. Je sais que les introspections peuvent horripiler pas mal de monde, mais moi j’aime ça normalement: tout ce qui est psy, développement personnel etc, j’aime encore bien comme dirait l’autre. Je n’ai pas aimé son ton, sa manière de parler des autres (« ce chimpanzé« ), de voir les choses, sa manière d’évoluer. Certaines phrases ou idées m’ont aussi fait dresser les cheveux sur la tête, trop « clichés ». Un exemple:  » .… à trente ans on devient désespérée de ne pas encore être mariée. Quant aux hommes, peu importe l’âge, ils désirent toujours s’envoyer en l’air, à croire qu’ils ne grandissent jamais. »

Je me suis un peu perdue dans la chronologie des événements et quand il se passe trois mois, j’ai l’impression qu’il s’est passé une année entière.

Autre point noir: la ponctuation, elle m’a chiffonée, or une ponctuation déficiente casse le rythme. Du coup, les mots, les phrases ne sonnent pas aussi bien qu’ils le pourraient.

Je suis toujours embêtée quand je suis négative comme ça, d’autant plus qu’il s’agit ici du premier roman d’un jeune auteur qui essaye de percer et ce sans prétention aucune. Mon but n’est pas d’être désagréable ou de casser gratuitement. D’autant plus qu’Emmanuel, avec qui j’ai échangé quelques messages en privé, ne me semble pas imbu de lui-même comme peuvent l’être certains auteurs connus ou pas d’alleurs. Mais je vais contrebalancer tout ça par le fait que j’ai eu envie de lire le livre jusqu’au bout malgré tout. Il ne m’est pas tombé des mains, je n’ai pas pesté sur l’histoire en elle-même mais uniquement sur l’héroïne et son drôle de caractère. Il y a un truc quand même donc… Sans doute l’auteur a t-il du talent, mais celui-ci demande encore à être travaillé, il est encore trop brut, pas suffisamment ciselé. Je pense qu’un relecteur de type fan de littérature qui a déjà avalé un nombre incroyables d’ouvrages divers et variés et qui sait écrire pourrait être un sacré atout. Je sais qu’Emmanuel est en train d’écrire son deuxième roman et je peux vous dire que je le lirai à sa sortie, j’ai envie de voir comment son écriture va évoluer et ce qu’il va pouvoir nous offrir.

J’espère en tous les cas que mes remarques ne tomberont pas dans l’oreille d’un sourd et ne blesseront aucun coeur.

Autre plus pour terminer sur une note positive: certaines idées que l’auteur fait transparaître entre les lignes sur la société de consommation notamment et qui me parlent…

Retrouvez l’article originel sur : http://mesmotsenblog.blogspot.be/2014/06/litterature-tout-reste-faire-emmanuel.html

Critique – Tout reste à faire

L’avis d’une lectrice sur mon roman « Tout reste à faire »

« Tout reste à faire c’est une histoire d’amour entre Svetlana et Franck. Ils se sont rencontrés à Paris puis la distance les a ensuite séparé lorsqu’elle est repartie en Russie. Aujourd’hui, Svetlana est de retour à Paris quelques années plus tard et ne peut s’empêcher de penser à Franck. Vont-ils pouvoir se retrouver après quelques années alors que tous les deux ont évolué et que Franck a refait sa vie?

Toute l’histoire nous est racontée par Svetlana, nous n’avons jamais le point de vue de Franck. Je suis surprise de constater que bien que l’auteur soit un homme, il a parfaitement su entrer dans le personnage d’une femme et m’a fait penser à Gilles Legardinier qui a le même talent. Les doutes, les remises en question, les désirs de Svetlana sont parfaitement décrits et on pourrait croire que ce roman a été écrit par une femme. Le point de vue interne aide à s’attacher au personnage de Svetlana et on peut facilement s’imaginer à sa place. Malheureusement, l’inconvénient est que ce point de vue ne m’a pas permis de m’attacher à Franck, ce qui est dommage.

Le livre est divisé en plusieurs chapitres : ceux avec les saisons comme été/automne et automne/hiver racontent le présent, Svetlana nous parle de son travail, de ses désirs, des retrouvailles avec Franck. Et nous avons un chapitre qui nous emmène dans le passé : Interstice en Russie qui nous renvoie à la première rencontre des personnages, puis à la vie en Russie de Svetlana après son retour. Nous voyons comment la distance les a séparé, ce qui est lui est arrivé ensuite. J’ai trouvé très intéressant de voir leur rencontre, leur séparation et leur retrouvaille d’autant que nous n’échappons pas à l’évolution du personnage. Désormais âgée de vingt-cinq ans, elle doit devenir responsable, devenir une adulte et apprendre de ses erreurs pour accèder au bonheur.

J’ai passé un bon moment avec cette très jolie histoire. Si vous avez envie de rêver un peu à travers une histoire d’amour, je vous conseille de le lire. »

Retrouvez l’article originel sur : http://audreyreadings.wordpress.com/2014/06/07/tout-reste-a-faire-emmanuel-bodin